4.9 / 5 ( 20 votes )

Si, comme moi il y a 3 ans et demi, le quotidien prend petit à petit le contrôle de ta vie, et que tu en es à lire des articles comme celui-ci, c’est que tu as peut-déjà songé à ce fameux PVT (Permis Vacances Travail) en Australie. Et ça c’est bon !

Problème, tu ne sais pas encore exactement où ? L’Australie ça fait loin ? Bref, si tu recherches une destination comme point de départ, Le PVT (ou Visa Vacances Travail) en Australie possède énormément d’avantages.

Après y avoir passé 2 ans, je te liste 12 vraies raisons de te lancer et de partir en Australie avec ton PVT (ou encore WHV pour “Working Holiday Visa”) en poche !

N’hésite pas à sauvegarder cet article sur Pinterest!

PVT en Australie, où l’Eldorado des backpackers

Dans mon cas, le PVT en Australie est rapidement apparu comme une évidence quand j’ai commencé à m’informer avant de quitter mon job.

Pour la simple et bonne raison que j’avais un budget assez limité pour partir. Et qu’au final c’est grâce à ce PVT que j’ai voyagé pendant 2 ans et demi avec 2000 euros. Car oui, quand je dis “Australie comme point de départ”, cela signifie qu’après le pays des Kangourous, j’ai enchainé. Un trip de 6 mois et demi en Asie du Sud-Est avec Theresa, ma copine rencontrée en Australie. (Le tout avec l’argent économisé pendant mon programme vacances travail australien).

1. Les avantages du PVT en Australie

Le premier et l’énorme avantage de ces Permis Vacances Travail (PVT) est dont l’opportunité de voyager et de travailler dans un pays étranger pendant 1 an, voire 2 (et bientôt 3 ans jusqu’à 35 ans!).

Au final, peu de pays accordent ce type de visa. 14 pays pour les Français (pour seulement 5 pour nous pauvres belges!)

Mais le PVT en Australie m’est vite apparu comme le meilleur plan pour moi. Car, avec un budget limité, il me fallait rapidement commencer à travailler une fois arrivé.

L’Australie coûte extrêmement cher, même si t’as un bon budget de base, il est facile de vite se retrouver fauché. Quand la bière est à 9-10$ minimum dans les bars, ça donne une bonne idée générale. (oui en tant que belge, le prix de la bière est ma référence principale).

MAIS, le coût de la vie étant élevé, cela veut aussi dire que les salaires sont élevés. Concrètement, je n’ai jamais bossé pour moins de 20$ de l’heure net. Le minimum légal est de 19.49AUD/h (au 1er juillet 2019). Mais si tu vas aider un particulier pour des petits boulots, c’est en général 20$ pour les backpackers.

Pépinière Gang

Pour tous types de jobs, déménageur, paveur, general labourer (la b*atch du chantier), ou demolition labourer, j’ai toujours gagné entre 20-25$/h. Je détaille d’ailleurs tous les jobs que j’ai pu faire dans l’article “comment rapidement trouver du travail en Australie?”

Dans certains cas, tu trouveras des super bons plans, grâce à Gumtree, où grâce à des connaissances rencontrées sur place. Ainsi, je me suis déjà retrouvé à faire de la démolition de nuit pour passé 30$ de l’heure. Du coup, ça peut monter très vite.

Certains backpackers en galère d’argent se retrouvent à accepter des jobs pour des salaires dérisoires. Les employeurs en abusent ainsi sur Sydney ou Melbourne, certains backpackers font la plonge pour 12-13$ de l’heure.

La recherche d’emplois est d’ailleurs l’une des raisons pour laquelle je conseille vivement Perth comme ville d’arrivée.

Si tu veux jeter un oeil aux auberges de jeunesse sur Perth c’est ici.

Je donne plusieurs recommandations d’auberges dans l’article sur Perth que je cite juste avant.

Autre énorme avantage du PVT australien ; les taxes. Elles sont maintenant fixées à 15%, ce qui reste relativement bas (cochez bien “resident”). En bonus, vous aurez droit à la Superannuation.

2. PVT en Australie = Parfait équilibre entre voyage et boulot

Ce que j’ai trouvé dingue en Australie, c’est cette chance de pouvoir travailler quelque part, bouger ailleurs, puis retravailler si besoin, rebouger, etc. De volontaire dans un refuge à kangourous au Sud-Ouest à jardinier dans la forêt tropicale à m’occuper de serpents dans le Nord-Est, j’peux te dire que mon CV a de la gueule maintenant. Le PVT Australien n’est en rien restrictif.

De plus, le sentiment de fierté d’avoir mérité et trimé pour continuer à voyager est un sentiment vraiment gratifiant.

Mon premier roadtrip dans le Western Australia est arrivé après 3 mois de travail en ferme, à en chier tous les jours. Bah je peux te dire que ce roadtrip, je l’ai d’autant plus vécu à fond !

Grosso modo, je dirai que bosser 3 mois doit te permettre d’être plus à la cool pendant 4-5 mois. Tout dépend des jobs en soi, de tes heures etc. Mais en moyenne, je pense qu’un backpacker gagne 7-800$ par semaine en full time (38h/sem). Même si tu peux “facilement” faire beaucoup plus et aller au delà des 1000$/semaine.

3. Sentiment d’indépendance et de liberté

Tu la sens la liberté là ?

Le plan initial c’était de partir à 3, puis à 2,… Puis j’me suis retrouvé seul. Au final, avec du recul, partir seul est probablement la meilleure chose à faire pour vivre l’expérience dans son entièreté.

Partir seul signifie se forcer à aller vers les autres, et sache que tu seras loin d’être le seul dans cette situation (voir point suivant). Et avec ces nouvelles rencontres viennent des nouvelles opportunités, idées, plans.

Une de mes premières rencontres était une belge, qui m’a tout de suite introduit auprès de sa bande de potes et une semaine après je partais avec eux en roadtrip au sud de Perth.

Durant ce roadtrip j’ai rencontré Jo, qui est devenu mon travelmate pour les 6 prochains mois, avec qui j’ai acheté un 4×4 et fait mon premier long roadtrip dans le WA, comme quoi, le destin.

Je trouve ça dingue de me dire que si cette belge n’avait pas vu mon post sur un groupe Facebook, toute mon aventure aurait été différente.

Prendre des décisions est logiquement plus facile seul aussi, tu veux bouger d’un endroit ? rejoindre un groupe pour un roadtrip à l’improviste ? aller faire du volontariat ? La décision dépend entièrement de toi.

Pour le sentiment de liberté j’te laisse la surprise d’en comprendre entièrement la signification quand tu te retrouveras au sommet d’un parc national avec des vues mon gars j’t’en parle même pas.

Kalbarri National Park

4. Tu rencontreras des voyageurs comme toi

L’Australie est devenue un peu la Mecque du backpacker. Si le fait de partir seul(e) est ce qui te bloque, dis-toi que des voyageurs solo, il y en a plein. Tout comme toi, ils veulent rencontrer du monde. Puis la vie en auberge facilite grandement les choses !

Dans notre vie de tous les jours à la maison, rarement on se retrouve à rencontrer des nouvelles personnes. On a nos bandes de potes et on s’y tient. Or là-bas, on se rend compte que rencontrer des gens fait entièrement partie de l’aventure.

Chose qu’on ne peut comprendre avant d’y être, c’est que tout est accéléré là-bas. Des inconnus deviennent des super potes en quelques jours.

Ensuite, ce que j’ai vraiment apprécié c’est la mentalité globale des backpackers. L’ouverture d’esprit mon pote. J’ai appris tellement des autres, de leurs expériences, de leurs histoire de voyages, de leurs anecdotes.

Cape Range National Park

Les sujets de discussion ne tournent plus autour du boulot où du fait que Sandra a encore trompé son mec le week-end dernier. Mais plutôt de quand on part faire un roadtrip sur la côte ouest, ou du fait qu’on essaie de me convaincre d’aller en Nouvelle Zélande en me racontant qu’ils ont surfé entourés de dauphin.

Puis Sandra on la connait elle trompe son mec tous les week-ends de toute.

5. Des roadtrips inoubliables

Regarder des vidéos de roadtrip en Australie, c’est bien. Les faire soi-même, c’est mieux. Je pense que la vie en roadtrip est simplement le meilleur mode de vie qu’il soit. Encore faut-il acheter un bon 4×4 pour.

Planifier au jour le jour, se réveiller pour le petit dej dans les dunes seuls au monde, décider si on bouge ou si on reste au même endroit encore quelques jours… Savoir que pour les prochaines semaines tu échappes à la vie “normale”. Puis dans “PVT Australie” il y a “Vacances Australie”, qu’on se le dise.

Petit Dej à Espérance

Je crois que c’est ça la meilleure partie, savoir que pour les prochaines semaines, c’est que t’es libre. Tu vas où tu veux, pour aussi longtemps que tu veux, que tes journées t’appartiennent entièrement. T’as aucune obligation. (Bon après on roule pas à l’eau non plus.)

Puis sur la route tu vas rencontrer d’autres road trippers, vous voyagerez ensemble pour quelques jours, vous ferez des feux de camps ensemble le soir à parler de tout et de rien. Avec le milkyway comme décor. Puis vous allumez un petit pilon des familles.

Bon après, un roadtrip c’est un minimum d’organisation, de budget, d’astuces en tout genre. Faut régulièrement chercher un free-camp, pensez à toujours avoir assez d’eau, d’essence au cas où, s’adapter au climat. Mais tout cela s’apprend au jour le jour, et reste un détail par rapport à l’expérience globale. Et au pire y a mes articles sur les itinéraires qui sont là pour ça (qui sont plutôt des “guides pour roadtrip”, quand j’y pense).

6. Découvrir le voyage progressivement grâce au PVT en Australie

L’Australie étant devenue un peu à la mode ces 10 dernières années (même avant mais la grosse hype est plus récente), les Australiens sont habitués aux backpackers. Le système australien s’est carrément adapté à eux.

Bref, l’idée quand je dis “progressivement”, c’est que tu ne vas pas te retrouver perdu en Inde ou au Vietnam avec personne ne parlant anglais (pas ouf comme première expérience). Il est très facile de s’adapter au mode de vie australien. Commencez par finir toutes vos phrases par “mate” et ça sera déjà un très bon début !

Puis il y a pire comme mode de vie, les Australiens sont globalement bien plus à la cool, ouverts d’esprit et naturellement sympas (sauf les bons fermiers de l’outback qui ne sont pas super fans de nous.) ce qui rend l’adaptation bien plus facile.

Entre le slang australien, les barbecues, le surf, les roadtrips, l’outback, le footy, le “G’day mate”, les jobs qui se choppent en 5 min par téléphone et les tim-tams, l’Australie à de quoi t’occuper.

7. T’auras des histoires à raconter à tes petits enfants

C’est quand même un bel objectif de vie, non ? Être ce grand père (ou cette grande mère te vexe pas meuf) qui raconte la fois il (elle, calme-toi!) a nagé avec un requin baleine ou quand il a dû changer un pneu de 4×4 en plein milieu du bush australien sous 40° (true story) en Australie.

J’avais dit “true story” les mecs

Fin pour moi ça a plus de gueule que raconter la fois où t’as crevé un pneu sur l’E40 pour aller au travail. Avis perso.

Blague à part, ce que je veux dire par là, c’est que tu te créeras des souvenirs inoubliables qui te suivront toute ta vie. Le genre de souvenirs dont tu te rappelleras pour très longtemps.

Mon PVT en Australie m’évoque tellement de souvenirs incroyables que jamais je n’oublierai ; nos 5 jours à Karijini National Park, mon volontariat dans un refuge à Kangourous, nos 3 jours au Whitsundays Island, la première fois que j’ai surfé à Espérance. Tandis que si j’étais resté à la maison, j’aurais juste passé 2 ans de plus à aller au boulot tous les jours.

On dirait pas j’étais heureux j’te promets

Et là ça part en citation clichée mais vraie :

“Dans 20 ans, vous serez plus déçu par les choses que vous n’avez pas faites que par celles que vous avez faites.” – Mark Twain

8. Bon, les paysages on en parle ?

Bah ouais, dans “PVT en Australie”, il y “Australie”. Bien vu l’aveugle.

L’une des raisons pour lesquelles on part est souvent le dépaysement. No offense à ma tendre Belgique natale, mais à part quelques coins, c’est globalement moche. Puis il fait gris 9 mois sur 12, les gens sont aigris à cause du mauvais temps. Fin bref.
Il ne faut pas être une lumière pour savoir à quoi s’attendre en Australie, on a tous déjà vu des photos de plages ou de kangourous. Ce dont on ne se doute pas c’est à quel point c’est mieux en vrai.

Kalbarri, Western Australia.

Tapez dans Google Karijini National Park, Kalbarri, Esperance, Whitsundays ou encore Fraser Island et dites moi que ça n’a pas de la gueule (ça fait beaucoup de “gueule” dans cet article, mais flemme d’être poli).

J’ai eu la chance de visiter ces endroits. Et d’autres encore, et j’ai passé mon temps à prendre des photos et des vidéos. Mais la sensation de grandeur et d’immensité ne se capture pas.

J’ai d’ailleurs ressenti ça plus récemment durant mon roadtrip en Nouvelle-Zélande, pourtant j’avais investi dans un vrai appareil photo, les photos sont folles, mais encore une fois, ce que j’ai ressenti là-bas, face au Mt Cook par exemple, ne se capture pas.

Festival à Perth

J’aurais beau vous mettre quelques photos pour rendre l’article plus agréable mais le mieux, ça reste quand même d’aller voir par vous-mêmes les potes.

9. Tu feras des jobs improbables (et c’est ça qui sera marrant)

Dans mon article où j’explique comment j’ai réussi à voyager pendant 2 ans avec 2000 euros, je décris pas mal de mes jobs et ici comment je les ai trouvés. Et honnêtement,  j’étais pas prêt.

Peu importe ton diplôme, tes études où ton expérience, les Australiens ils ne demandent presque jamais de CV. Ils veulent juste savoir que t’as un PVT valide en Australie et que tant que tu comprends ce qu’ils veulent, et que tu “get it done in time”, ils seront contents.

Jardinier de l’extrême wesh

Après quand je dis que j’étais pas prêt, c’est difficile de se préparer à tondre la pelouse dans un enclos avec un crocodile de 2,5 mètres ou à porter des plaques d’isolant à 15 mètres du sol sur des échafaudages douteux et sans sécurité. Ni même de picker des fruits sous 42° pendant plusieurs heures.

Mais l’Australie c’est bien, même après tout ça. Sinon je ne serais pas là en train de pondre ces lignes pour essayer de t’en persuader, un peu de bon sens Maxence.

10. Pvt en Austalie = découverte du Couchsurfing, du Wwoofing et du HelpX

Ces 3 options sont très répandues et pratiquées en Australie et sont vraiment un super moyen de prolonger ton voyage. C’est d’ailleurs comme ça que j’ai pu vivre à Melbourne et Sydney pendant 2 mois sans payer une seule auberge. Ou encore faire du bénévolat dans un refuge à Kangourous en étant logé et nourri !

Le Couchsurfing tout d’abord. Au premier abord, ce concept semble complètement fou pour nous, petits européens occidentaux et égoistes. En gros, il s’agit pour les “hosts” d’héberger des voyageurs gratuitement pour une période plus ou moins longue.

Mes tous premiers hosts à Perth

À Perth, il m’est arrivé d’avoir la clé d’une maison après seulement 2 jours, pour être libre de sortir et revenir quand mes hosts travaillaient. Je suis le seul à penser que faire ça ici signifierai rentrer le soir même et constater que la maison est vide ?

En Australie, et surtout pour les PVTistes, c’est une pratique très courante qui fonctionne parfaitement. À certains moments, quand j’étais bien fauché, ça m’a fait faire de grosses économies tout en rencontrant des locaux. Et du coup tu passes des soirées à raconter des histoires de voyages car très souvent, les hosts le sont devenus après avoir été eux-mêmes hébergés à l’étranger.

Comme dit plus haut, c’est donc comme ça que j’ai pu explorer et vivre à Melbourne et à Sydney pendant un mois sans payer un cent en logement. À Sydney, j’ai été herbégé par Indra, qui est rapidement devenu un ami, pendant 3 semaines en plein centre. Pour lui rendre la pareille, je cuisinais de temps à autre.

Indra et moi (et nos gueules de morts)

Le PVT en Australie te donne également accès au HelpX, il s’agit souvent de jobs plus ou moins originaux en échange de logement et nourriture. Ce sont souvent des jobs physiques pour aider des particuliers un peu débordés, ou plus âgés, qui ont généralement le coeur sur la main.

J’en parle davantage sur l’article dédié au Helpx, mais il faut quand même rester vigilant, et ne pas travailler (sauf si c’est ton choix, comme moi dans le refuge à Kangourous ou comme Evelyne Thomas) plus de 4-5h/jour. Ça doit rester équitable pour tout le monde.

11. T’en apprendras tellement sur toi

Cette partie peu sembler moins rêveuse mais est pourtant probablement une des plus importantes selon moi.

En vrai, ce point devrait plutôt s’appeler “T’en apprendras tellement sur toi, sur les autres, sur l’ouverture d’esprit, sur ce qui compte réellement, etc.”. Du coup, tu admettras que ça fait un peu long comme intertitre.

Dans mon cas, l’ouverture d’esprit et le capacité à relativiser sur ce qui compte réellement sont 2 choses qui se sont fortement développées.
J’ai l’impression que dans nos mentalités européennes, la critique et le jugement sont les premiers réflexes qu’on a fasse à quelque chose de nouveau ou d’inhabituel. Et c’est triste. Quitter mon job pour partir doit probablement être perçu comme “irresponsable” ou synonyme de “rater sa vie” pour bon nombre d’occidentaux. Mais petit à petit, on tente de faire évoluer les mentalités.

Voyageur Australien de 92 ans, oui monsieur

Là où globalement les Australiens ou même les voyageurs sont plus ouverts d’esprit, plus tolérants, plus ouverts à l’échange. Et ça fait du bien.
Ensuite relativiser sur ce qui compte vraiment. Voyager avec un sac à dos et résumer à tout ce dont tu as besoin à un sac de 15kg, ça met les choses en perspective. Je pense que mon trip en Asie m’a davantage impacté sur ce point que l’Australie. Les locaux n’ont rien mais vous donneront leur seule chambre avec un lit pour dormir sur le sol à votre place.

Quand tu voyages, tu n’es pas à la recherche du matériel, ton bonheur réside en ce que tu vis au quotidien, je m’en foutais royalement d’aller au centre commercial m’acheter une 15ème paire de pompes (j’en ai probablement 10 à la maison, c’est ridicule quand t’y penses).

1 petit sac pour 2 pour un trip de 4 jours à Ha Giang

Il y a tant d’autres choses que le voyage peut apporter. Tout comme pour les paysages, je peux tenter de vous l’expliquer au mieux, mais la meilleure option et de t’en rendre compte par toi-même !

12. (bonus pour la frime) T’apprendras à surfer

PVTiste en Australie = surfeur invétéré, c’est bien connu. (Non)

Mais si tu vas en Australie et que tu ne t’essaies pas au surf c’est un peu comme faire une raclette sans fromage. Ou aller en Belgique sans boire une bière.

Je m’y suis essayé pour la première fois à Esperance et puis à Bondi. Et une fois que t’as le virus, tu finis par t’acheter ta propre board.

Qualité capture d’image vidéo tu connais

En vrai, devenir un bon surfeur prend probablement des années. Les premières semaines tu passes plus de temps à galérer pour retourner derrière les vagues mais même si tu surfes une vague toutes les 2 heures, ça en vaudra la peine !

Les requins restent un détail.

Bonus

13. T’es proche de l’Asie

Sur un ton plus léger, faut penser au turfu. Si tu crois que tu vas faire ton petit trip en Australie et gentiment te contenter de rentrer à la maison, tu t’es bien planté. Faire ce PVT en Australie va probablement te donner le virus, le “travel bug”. Et ton visa vacances travail va te faire réaliser qu’il est possible de voyager sans se ruiner.

Ce besoin de voyager, d’éviter de retourner dans ton petit quotidien où rien n’aura changé alors que tu auras vécu tellement de choses tout ce temps.

Du coup, tu vas sur skyscanner et tu vois à quel point les vols pour l’Asie sont cheap. Et tu te dis ça serait balôt de passer à coté quand même.

J’ai voyagé pendant 6 mois et demi et visiter 7 pays avec 4000 euros. Tu te vois déjà faire un trip à moto au Vietnam ou aller surfer au Sri Lanka non ?

Sri Lanka

L’idée, c’est de profiter des salaires élevés en Australie pour ensuite voyager en Asie, là où le cout de la vie est super bas (encore faut-il éviter les zones touristiques.).

Grosso modo, avec 2 mois et demi  de travail en Australie et en revandant le 4×4, j’ai pu financer tout mon trip en Asie.

T’es aussi à côté de la Nouvelle-Zélande, je dis ça, je dis rien. Mais ce pays m’a mis des claques visuelles que l’Australie ne m’avait encore jamais mises.

Pour en finir

Pour conclure, j’espère que cet article sur le PVT en Australie t’aura apporté quelques réponses à tes questions. Ou même donner des idées. Mon WHV en Australie a clairement changé ma vision de la vie et de comment je veux la vivre.

Mon vol aller simple pour l’Australie a changé ma vie et ma vision de celle-ci. Pour moi, voyager était un truc qu’on faisait 2-3 semaines par an en bon touriste. Mais non mon gars, voyager est possible pour bien plus longtemps que ça, et sans se ruiner !

Jeremybackpacker dans ta boite mail

J’ai aussi lancé une liste d’emails, promis aucun spam. Je n’envoie que très rarement des emails, et ce, uniquement quand j’estime que ça peut t’intéresser. Que ça soit un bilan des nouveaux articles, un nouveau projet que je lance, ou un nouveau partenariat, par exemple.

Je me suis déjà abonné à des newsletters, et crois-moi, je désabonnais dès que j’en recevais trop. Donc je sais quand c’est relou, et le but ici est que ça t’apporte réellement quelque chose.

Bref, arrête ton cinéma, c’est moi c’est bon, rejoins la famille !

Merci encore de m’avoir lu !

Jeremybackpacker

Jérémy, 28 ans, belge et "backpacker" dans l'âme. Fin 2015, j'ai décidé de quitter la petite vie bien rangée et bien trop prévisible qui s'offrait à moins pour partir en Australie, seul. Je partais pour 6 mois, je suis rentré 2 ans et demi plus tard. J'ai depuis parcouru l'Asie du Sud-Est et renouvelé l'expérience du PVT en Nouvelle-Zélande. "Make it happen!"

Les plus récents

Étudier en Australie : comment faire des études en Australie ? Visas, prix & démarches

Je pense que peu d'étudiants se voyant offrir l'opportunité de partir étudier en Australie refuseraient de s'envoler dès que possible…


Warning: A non-numeric value encountered in /home/customer/www/jeremybackpacker.com/public_html/wp-includes/formatting.php on line 3711
50 ans ago

La Tasmanie (Australie) : TOUT savoir pour organiser son voyage / road trip

[Que tu sois actuellement en plein voyage en Australie, en train de rêver de ton prochain road trip (en Tasmanie…

50 ans ago

Les 7 Road Trips incontournables en Australie : itinéraires & budgets

Que tu sois déjà en Australie en train de planifier ton prochain road trip, ou que tu te voies partir…

50 ans ago

Bilan de la première année complète du blog : l’année du grand saut

Première fois que je m'essaie à cet "exercice" du bilan de l'année écoulée. Prendre le temps de regarder en arrière,…

50 ans ago

Assurance PVT Australie : pourquoi j’ai choisi le Plan Santé WHV de GobyAVA ?

Si t'es en plein dans les préparatifs avant de partir en WHV en Australie, tu vas probablement bientôt devoir souscrire…

50 ans ago

Location van Australie : Tout savoir pour louer un van pas cher [Guide complet]

Il est vrai qu'en Australie, dans le cadre d'un PVT notamment, on parle beaucoup d'acheter un véhicule plutôt que de…

50 ans ago